14/12/2017

Provocations 12


 

27 novembre 2007


Salut vieux rat !
Je n’ai pu résister à communiquer à Urs la synthèse de nos échanges qui semble lui avoir plu. Comme tu m’as fait part de ta velléité à envisager la publication de ces délires peu constructifs, j’ai pensé que mon travail de copié collé pourrait peut-être t’être utile. Ça m’a pris pas mal de temps et je ne pensais pas que ça représentait un tel volume.
À part ça, comment vas-tu ? La topo, le topo ? Pas trop de boulot ? De toute façon, je ne sais pas pourquoi je te demande ça, puisque tu vas invariablement me répondre que tout roule. Avouer le contraire serait une forme de limitation très humaine qui cadrerait mal avec tes aspirations projetées dans ton monde virtuel d’intégration des enseignements. Mais bon on va pas se la refaire. Et puis finalement, même si ce n’est qu’un jeu qui nous éclate passablement, nous pourrions envisager, comme le suggère mon pote Urs, de nous soutenir la moindre dans notre recherche commune d’un bien-être permanent ou du moins un poil plus constant et consistant. Mais là, ça confine au rêve puisque ça impliquerait une certaine forme de remise en question que nos esprits bornés ne semblent pas prêts à envisager.
Le crabe, dont les pinces perdent lentement mais inexorablement de leur tranchant.


Tu vois, encore une contradiction ! Tu penses que nos échanges sont des délires peu constructifs, mais tu n’as pu résister au plaisir de les partager avec ton pote Urs ! J’en suis fort aise… En plus si cela lui a plu !
Sinon, tout va mal. Je vieillis, je m’emmerde, je me sens seul, et ma santé décline… J’aimerais tant avoir une famille, des enfants, des vacances à la mer en août, des traites à payer pour la nouvelle machine à laver, me battre pour avoir la promotion tant méritée et ne plus avoir à me forcer à prétendre méditer pour me rendre intéressant. Mais voilà, je préfère souffrir en silence et ne pas partager mon mal-être avec mon entourage…
Trêve de plaisanteries… Comment pourrions-nous mieux nous soutenir mutuellement dans notre recherche (pour moi non pas d’un bien être permanent, cela n’existe pas, c’est terriblement égoïste et ce n’est pas du Dharma) alors que nous sommes aux antipodes sur les moyens de réaliser nos ambitions spirituelles ?
Je pense que le fait d’échanger nos points de vue sur la question est déjà une forme de soutien et de respect de l’autre. Cela permet peut-être de mettre le doigt sur certaines contradictions respectives, d’éclairer de manière différente certaines certitudes, et en tout cas de passer du bon temps !
J’ai toujours du plaisir à te lire, donc ne te prive pas ! Quant à la topo, j’ai encore rien fait, pas le temps ! (hihihi !). Quand viens-tu débattre en "live" aux Plongeons ?


bisous mon bon crabe aux pinces d’or

Les commentaires sont fermés.