07/12/2017

Provocations 9

Capture d’écran 2017-11-22 à 15.54.25.pngEchanges impertinents entre le rat et le crabe.

https://play.google.com/store/books/details/Pierre_Jenni_Provocations?id=Mm_nr5oM2HIC

Capture d’écran 2017-11-22 à 12.30.59.png

 

 


 

 

3 octobre 2007


Messie ? Mais non !


Dis-moi mon cher, ta mauvaise foi (sic) est-elle feinte ou penses-tu vraiment ce que tu écris ? Dans le premier cas, c’est rigolo, dans le second cas, c’est inquiétant…
Mais bon, je penche plutôt pour la première alternative, te connaissant un peu et surtout, vu que tu cites parfois Lama Yeshe comme référence, malgré tes a priori sur les gourous.
En te lisant, je ne me reconnaissais en rien dans la description consternante que tu profères. Donc, selon toi, j’aurais perdu mon humanité et ma sensorialité !
Je passerais également mon temps dans un monde abstrait, et je passerais à côté de ma vie ! Vaut mieux lire ça que d’être aveugle, tu me diras, mais tout de même, y’a de quoi se la peindre en vert ! Tu nous la joue bouffon, et je le prends comme ça. Par contre quand du haut de tes certitudes et de ta sagesse à deux balles, tu te permets de juger tous les yogis comme de pauvres névrosés tentant de sortir de leur humanité, alors là, tu places la barre très haut ! Ils doivent bien se marrer de voir un misérable vermisseau déblatérer de la sorte… Finalement, si tu appelles "chimère" une expérience vécue, alors on ne parle plus la même langue. Même si elles ne furent pas nombreuses, ces expériences ont vraiment été structurantes : comment douter de quelque chose de vécu ? Je te laisse bien volontiers les petites choses de la vie pour prendre ton pied, et je prie pour que cela dure… Je trouve malgré tout étonnant que, vu le karma exceptionnel qui t’as amené à cette situation privilégiée, il n’y ait pas parfois de petits éclairs de sagesse pour illuminer les ténèbres mentales dans lesquelles tu croupis…
À plus, Marius


PS : malgré une relecture attentive, je n’ai pas trouvé trace de "but ultime" dans ma prose…

Et bien vois-tu, puisque tu parles souvent d’aveugles, je ne peux que t’inviter à te relire encore car les mots “but ultime” sont bien venus sous tes doigts. C’est d’ailleurs particulièrement inquiétant que tu doives le vérifier car ça implique que tu dis des choses que tu ne penses pas. C’est même pas de la mauvaise foi, mais de l’ignorance pure. C’est particulièrement inquiétant lorsqu’on disserte sur des sujets qui, du moins pour toi, semblent essentiels.
Si tu te sens rassuré par l’étiquette de bouffon, be my guest. Ce serait d’ailleurs la bonne nouvelle de la journée. Pouvoir faire rire c’est cadeau et je ne me sens pas particulièrement doué dans ce domaine. Je le regrette d’ailleurs.
Quant à ton descriptif, je vois que tu ne m’as pas bien compris. Bien entendu, tu te vautres encore dans les délices des sens et donc tu acceptes ton humanité. Mais avec quelle réticence et quels efforts pour transformer cette faible nature. Quelle culpabilité aussi. Ce que tu nommes paresse, c’est bien cela. Tu t’en veux de ne pas suivre plus à fond les enseignements. Eh oui, en ce sens, tu n’as pas perdu ton humanité, mais c’est bien malgré toi puisque tout ton être aspire à autre chose sans vraiment s’en donner les moyens.
Si je fais référence à ton cher Gourou, c’est d’une part pour parler un langage que tu connais et aussi pour mieux mettre ton nez dans ton caca. Bien sûr que tes expériences sont réelles, je n’en doute pas un seul instant. Mais c’est ta réalité et nulle autre. Et de grâce ne me parle plus de réalité ultime ou de véritable nature de la réalité qui ne sont que les projections de tes aspirations spirituelles sans grand rapport avec ton vécu et ta condition. Comme tu le sous-entends si bien, tu restes un humain, même si tu le déplores. Mais non, que dis-je, tu es infiniment reconnaissant d’être incarné dans cette chair puisque c’est le seul chemin pour sortir du cycle infernal. Désolé, j’avais oublié…
l’ami qui croupit.
 

Écrire un commentaire